Taleb l’Enragé 1: Origines


Sujet: Taleb l’Enragé est un bandit sanguinaire en quête de rédemption. Il apprend à contrôler le cours du temps et cherche à s’en servir pour sauver des innocents.

Date : Août 2017

Jeu de rôle: Pathfinder 1ère édition


Les tributs nomades des Dunes Aphones comptent de nombreux Hommes du Désert, lointains descendants des légendaires Djinn. Malgré leur apparence étrange, ils sont d’excellents atouts pour la survie des clans grâce à leur affinité sans pareille avec l’hostilité de cette région. Taleb y vécu depuis l’enfance, mais son lien avec ses ancêtres génies se manifesta lorsqu’il atteint l’adolescence. Dès lors, ses capacités connurent un développement rapide, et le sable lui-même semblait se battre à ses côtés. Il rejoignit les éclaireurs de la tribu dans le but d’en devenir un combattant d’élite.

La voie du sang

Une forte rage habitait le jeune Taleb. Réprimée, elle pouvait jaillir violemment tel un geyser et l’envahir d’une soif de sang mortelle. Aucun chaman ne comprit avec certitude la nature de cette énergie destructrice, mais conclurent qu’il devait s’agir d’une malédiction portée par son lignage. Ils essayèrent d’amener Taleb à contrôler ses pulsions, mais celui-ci désirait toujours plus d’action et de combats pour se libérer. A bout de patience, il finit par quitter la tribu et rejoindre une bande de pillards chasseurs de trésor. Les Hommes du Désert y étaient rares et vus avec méfiance, mais Taleb finit par s’intégrer au groupe après plusieurs démonstrations de forte violence qui lui valurent le surnom de ‘Taleb l’Enragé’.

Taleb sanguin pathfinder figurine heroforge
Taleb l’Enragé – Figurine imprimée par https://www.heroforge.com/

Les années passèrent, et il devint de plus en plus évident que le chef de la bande recevait lui-même des ordres d’une autorité supérieure, ce qui rendait l’Homme du Désert méfiant. Non seulement ils n’avaient aucune idée de pour qui ils travaillaient, mais leurs attaques gagnaient toujours plus en cruauté. Les meurtres d’innocents étaient devenus fréquents, mais au lieu de s’y habituer, Taleb sentait quelque chose se soulever en lui, une force de plus en plus puissante cherchant à s’opposer à sa rage. Pendant un temps, il parvint à réprimer cette vague de remords, cette voix le suppliant de mettre sa force au service du bien.

La rupture

Tout changea lors d’une nuit claire.

L’objectif était simple : piller, brûler et détruire un village sans laisser de survivants. Une fois encore, Taleb senti cette puissance, plus forte que jamais, tenter d’endiguer sa colère. Refusant de se faire contrôler de la sorte par ses émotions, il s’élança dans le massacre en hurlant ses éclats de rire.

Alors qu’il frappait tel une créature des Abysses, le désert lui-même semblait l’envelopper et combattre tel un géant de sable à ses côtés. Le jeune Sanguin se sentait animé d’une puissance telle qu’il n’en avait jamais ressentie auparavant. Seul le temps pouvait l’arrêter désormais.

Lorsque la Rage se tut, il était trop tard.

Les corps jonchaient le sol. Autour de lui, les hommes riaient, dansaient et comptaient leurs rapines. Le sang recouvrant son visage commençait déjà à sécher. Épuisé, il ressentit à nouveau la voix implorante se manifester plus forte que jamais, lui faisant réaliser l’horreur de ce qu’il venait de commettre. L’esprit de Taleb fut envahi par le dégoût et le désespoir. Incapable de volonté propre, le jeune homme se sépara du clan et erra dans le désert sans but. Trois jours durant, il invita la mort à venir le libérer de la torture que subissait son esprit. Ce qu’il avait fait était terrible, et gravé dans l’histoire à jamais sans possibilité de revenir en arrière. N’était-il rien d’autre qu’une bête bonne à abattre ?

Son périple prit fin lorsqu’un vieil ermite vint à sa rencontre. Le jeune homme y vit une opportunité de raviver sa flamme intérieure, réveiller les flammes rageuses qui l’avaient porté jusque-là. Tout ce qu’il avait à faire était de tuer ce vieillard et tout rentrerait dans l’ordre, comme avant. Affaibli, il dégaina lentement son cimeterre et le souleva avec difficulté. L’ermite réagit avec finesse, posa une main sur son front et murmura un mot de pouvoir.

La voie du temps

Lorsque Taleb revint à lui, il était allongé dans une grotte, recueilli par le vieil homme qui allait devenir son maître dans les arts de la Chronothurgie. Sa rage avait presque disparu, comme effacée ou réduite à une fraction de ce qu’elle avait été autrefois.

L’Homme du Désert passa plusieurs années à s’entraîner aux côtés du vieillard. Celui-ci lui apprit le lien entre les sables du désert et les sables du temps, comment ces sables se déplacent en flux pour former les motifs complexes que sont les futurs possibles, et s’écoulent autour des plans du Multivers pour les faire progresser vers l’avenir en harmonie.

Taleb écouta ces histoires avec attention, même si certaines subtilités lui échappèrent toujours. Il apprit à écouter la voix du bien en lui, venue du passé à travers son lien à ses ancêtres surnaturels. Il apprit à emprunter des fractions de secondes de ses futurs ennuyeux afin d’améliorer son présent. Le temps se soumettait à sa volonté de plus en plus facilement. A présent, il avait acquis un certain contrôle sur sa rage, n’y laissant court qu’en cas de nécessité.

Mais le remord le secouait toujours. Les démons de son passé refusaient de lâcher prise sur son esprit. Tout son entraînement, toute sa raison d’être, s’alignait peu à peu sur un unique objectif : retourner en arrière, remonter le temps au moment du massacre et se stopper lui-même avant que cela n’arrive, quel qu’en soit le prix.

L’ermite, qui répondait au nom d’Oruman, possédait de grandes facultés divinatoires. Sans pouvoir prédire l’avenir en détail, il était capable de contempler les conséquences de ses choix. Il pouvait aussi ressentir lesquels lui apporteraient en moyenne un futur meilleur. C’est pourquoi, en recueillant Taleb, il décida de le prendre comme élève et de le guider vers la voie du bien.

Oruman était un être très ancien avec tout le temps du monde à sa disposition. Il cherchait avant tout à cultiver son bonheur personnel libéré de la perspective d’une mort future. De plus, il ne se souciait guère des règles en vigueur dans d’autres communautés de Chronothurges. Lorsque Taleb lui parla de ses intentions de revenir en arrière et corriger ses fautes, il se contenta de rire et de lui souhaiter de trouver le bonheur. Sa patience infinie lui permit d’instruire efficacement son étudiant impulsif, et aussi de l’envoyer à la rencontre de son destin le moment venu.

La quête

Un jour, Oruman eut vent d’une prophétie qui se manifestait dans les rêves d’habitants à travers tout le Multivers. Un événement aux dimensions catastrophique allait se produire, et il sentit que Taleb aurait un rôle à y jouer. Il l’envoya donc retrouver les Marcheurs, un groupe d’aventuriers spécialisés dans l’étude de la prophétie et de comment la contrer.

 Au moment de leur séparation, l’ermite lui remis un petit pendentif constitué de deux aiguilles qui indiquaient le chemin à suivre. Taleb se mit en route sans attendre et revint à la civilisation. Ce furent là ses premières interactions avec le monde extérieur depuis son départ du clan de bandits. Oruman, non dépourvu d’humour, avait négligé de lui enseigner le comportement d’adulte honnête et responsable. Depuis, Taleb parcourt le Multivers en arborant sa rhétorique forte de bandit menaçant. Il s’attire craintes et hostilités de la part des gens autour de lui. Mais l’apparence qu’il projette tranche avec la compassion et la générosité dont il fait preuve au quotidien, sans savoir comment l’exprimer.

 C’est en passant par Sigil, la ville des portails que Taleb trouva enfin la trace des Marcheurs. Sans hésiter, il alla à leur rencontre. Ce groupe représentait la clé de son objectif: retourner dans le passé pour un ultime voyage et, enfin, trouver la paix.

Taleb l'enragé, une histoire de Plume Synthétique

Les aventures de Taleb continuent dans la deuxième partie: Souvenirs de Taleb.

Liens de partage

0 Comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. Planète Pamora - Les mondes de Plume Synthétique - […] Envie d’explorer d’autres mondes? Consultez l’histoire d’un Voleur de Temps. […]
  2. Souvenirs de Taleb - Plume Synthétique, Personnages - […] Souvenirs de Taleb l’Enragé. Ceci est la seconde partie de ses aventures (retrouvez la partie 1 ici). Une série…
  3. Andrei Safranz - histoire d'un savant fou - Plume Synthétique - […] cette histoire vous a plu, vous pouvez consulter l’histoire de Taleb l’Enragé, un bandit qui, lui cherche la rédemption…
  4. Moteurs de Raison - Un roman de Léo Perret - Plume Synthétique - […] et d’incertitudes. Je me suis donc cantonné à des histoires courtes et à du jeu de rôle. Puis, après…

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code